La végétation et la géologie

Géologie et végétation près du Pic St Loup

L’existence de la faille les Matelles – Corconne, met en contact, à proximité du Pic St Loup, des terrains de nature et donc de propriétés différentes.

Au sud-est de cette faille, les terrains sont essentiellement formés de calcaires marneux ou de marnes calcaires d’âge crétacé ou tertiaire.

Ce type de terrain peut retenir l’eau plus longtemps et va favoriser l’installation de végétaux à système racinaire plus superficiel et plus étendu.

Au nord-ouest de cette faille, ce sont les calcaires compacts, fissurés, d’âge jurassique, qui dominent. Dans ce type de terrains, le sol (lorsqu’il existe) est souvent formé d’argile de décalcification, accumulée par les eaux de ruissellement dans les dépressions du terrain. Les profondes fractures typiques de l’érosion karstique, favorisent l’implantation de végétaux au système racinaire s’enfonçant profondément dans la roche.

Visuellement, tout promeneur observateur, peut repérer sans difficulté dans le paysage le passage de cette faille grâce à la disposition des deux arbres caractéristiques de notre région : le chêne vert (Quercus ilex) et le pin d’Alep (Pinus halepensis).

Le Pic St Loup et la zone nord-ouest sont recouverts d’une association végétale à chêne vert dominant, arbre favorisé par le terrain calcaire fissuré dans lequel ses racines profondes s’enfoncent.

La zone sud-est de la faille est repérable par la présence de peuplements de pin d’Alep, dont le système racinaire horizontal trouve là des conditions d’expansion favorisant la recherche de l’eau et la résistance aux vents.

La ligne de contact de ces deux peuplements végétaux est donc un bon indicateur visuel du tracé de la faille.

A titre de curiosité , il est à signaler la zone très limitée, mais fort insolite, de peuplement de chênes lièges (Quercus ruber) et de végétation associée typique des terrains siliceux, tels que ciste à feuilles de sauge (Cistus salviifolius) ou bruyère cendrée (Erica cinerea). Connue des naturalistes, cette zone proche de St Martin de Londres est le gisement de silex le plus connu et le plus surprenant dans la monotonie des calcaires environnants.